Interview de Vivien, créateur du food truck: Le Bus Thaï

Vous souhaitez ouvrir un restaurant (food truck), mais vous ne savez pas du tout comment vous y prendre? Vous auriez besoin des conseils de quelqu’un qui c’est déjà lancé? Dans la suite de l’article, vous allez découvrir l’interview de x et y, qui ont lancé leur concept de restauration “Bus Thaï”. Une interview riche en conseils et en anecdote. C’est parti!

Ouvrir un food truck: l’interview complète

Lien pour regarder la vidéo sur Youtube: “Comment ouvrir un food truck: Interview de Vivien” 

Retranscription de l’interview de Vivien

Bonjour Vivien, tout d’abord merci d’avoir accepté cette interview et de partager ton expérience avoir les lecteurs du site. Avant de rentrer dans le coeur du sujet, peux-tu te présenter en quelques lignes. Qui es-tu? D’où tu viens? Comment t’es venu l’idée…

J’ai 26 ans, je suis originaire de Vitrolles, d’Aix en Provence. L’idée du bus thai m’est venu tout d’abord de mes nombreux voyages en Thaïlande. La première fois c’était pour un stage de boxe avec mon club, je suis tombé amoureux du pays et je trouvais que la nourriture Thaïlandaise se marrait plutôt bien au phénomène du Food Truck, du snaking. C’est une nourriture qui se fait assez rapidement, il y a plein de possibilité.

L’idée du bus est venu aussi car j’ai le permis poids lourd. Le concept du bus permet d’accueillir des clients à l”intérieur, hiver comme été et d’accueillir autant de monde que dans un restaurant, avec des charges en moins et la possibilité d’avoir un meilleur emplacement (le Carrefour Vitrolles)

Mais, c’est sur le parking de Carrefour, ou dans les environs?

Je suis juste sur le rond point à la sortie de la station essence de Carrefour. En fait, c’est l’angle d’un parking qui à été privatisé. Tout a té aménagé avec l’électricité et une grande barrière pour que je puisse rentrer le bus.En gros, je suis en plein milieu du rond point, donc niveau visibilité,  c’est top. Sans compter toutes les entreprises qu’il y a autour. Je suis au centre de cette zone commerciale.

La question qu’on se pose tous, surtout les ceux qui veulent se lancer, est souvent la même. Comment franchir le pas? Car, entre avoir l’idée d’un concept et commencer à faire les premières démarches, il y a souvent un monde. Peux-tu nous raconter comment tu t’y ai pris?

Je voulais me lancer, faire mon entreprise, car au niveau professionnel, c’était souvent des contrats assez précaires. Je ne trouvais pas quelque chose qui me convenait, j’avais un patron derrière et ça ne me convenait pas. Et puis j’avais cette idée derrière la tête qui me semblait viable.

J’ai commencé par me renseigner sur Internet pour voir ce que ma mairie pouvait faire pour les jeunes entrepreneurs. Des conseils, des astuces, comment faire pour construire une entreprise. J’ai donc commencé par une formation gratuite proposé par la mairie sur le B A BA, business plan, étude de marché, budget prévisionnel.

J’ai donc monté mon projet sur papier, pendant 3 mois, j’y allais fois par semaine question de voir si le projet était viable. A l’issu de cette formation, je suis passé devant un jury de professionnels (comptable…) pour valider le projet (chiffre, clientèle…). Cela c’est avéré très positif donc j’ai foncé.

Je suppose que cela n’a pas été de tous repos. Qu’elles ont été pour toi les grandes étapes de la création de ton restaurant? Entre les déclarations, les formations, les autorisations, la recherche du bus et du mobilier, comment tu t’y es pris? D’ailleurs, y a t il des obligations?

Le plus dur c’est de savoir par où commencer, car il y a plein de paramètres. Il fallait que je trouve un bus, comment l’aménager et surtout l’emplacement. Heureusement que j’étais en contact avec la mairie, mais bon pas facile de trouver un emplacement communale pour un bus de 12 mètres. C’est par hasard que j’ai trouver l’emplacement en me promenant dans la zone commercial. Il y avait un camion pizza auparavant qui n’était plus sur l’emplacement où je suis maintenant et en appelant la mairie, j’ai réussi à avoir le propriétaire  et j’ai pu l’avoir comme ça.

Mais bon, il m’aura quand même fallu plusieurs mois pour le trouver, j’ai même failli baisser les bras.

Après, pour trouver le bus, c’était le croix et la bannière. Il y en avait un beau en Belgique, tout aménagé, mais on me demandait de verser des acomptes, ça sentait l’arnaque à plein nez. J’avais aussi repéré un bus anglais sur Paris, mais quand je suis arrivé, l’état était catastrophique. J’ai réussi à trouver sur Bordeaux, un vieux bus qui était à la base une loge de cinéma. Il était à moitié aménagé, mais cela demandait quand même du taf.

Donc les plus gros points, c’était l’aménagement du bus et la recherche de l’emplacement.

Et après, niveau formation. Est ce qu’il y en a des obligatoires quand tu te lance dans la restauration?

Alors il y a la formation HACCP (la formation en hygiène) qui est obligatoire. Il y a aussi une formation qui est obligatoire pour s’immatriculer à la chambre de commerce qui pourrait se résumer par le B A BA de la gestion (compta, comment déclarer…).

Après, il y a 2 semaines, la dernière formation que j’ai fait pour pouvoir vendre de la bière thaïe. Car au dernier moment, je me suis aperçu qu’il fallait un permis d’exploration pour vendre de l’alcool et obtenir une licence.

Après, j’ai aussi fait pas mal de formations qui n’étaient pas obligatoires, mais comme j’étais immatriculé à la chambre de commerce, on a accès à plein de formations. Donc pas faire de bêtises, j’ai fait toutes les formations gratuites que je pouvais, comme comment bien fixer ses prix, une formation en réseaux sociaux…

Sachant que c’est mon premier business, j’ai un peu la pression et j’essaie de diminuer les risques au maximum pour ne pas faire n’importe quoi.

Je me pose la question, sachant que ton restaurant es dans un bus, es-tu dans la case “restaurant ambulant”? Si oui, cela demande-t-il des dérogations spéciales comme un livret de circulation? Ou alors, es-tu dans le même cadre qu’un camion pizza? Cela m’intéresse de savoir et de connaitre la différence?

La question ne se pose pas car j’ai un très bon emplacement, j’ai tout ce qu’il faut sur place (terrasse, électricité…). Le bus sera fixent je n’ai aucun intérêt à faire le tour des villes. Je le rentrairais juste le soir au garage.

Par contre, je serais surement intéressé par les festival, les mariages, les événements sportifs. Mais, ce ne sera que ponctuel.

Ah oui, le bus est aussi totalement autonome avec 400 litres d’eau propre, autant d’usagées, un groupe électrogène de 5500 Watts. Je peux me mettre dans un champ au milieu de nul part, le bus marchera quand même.

Une question qui me passe par la tête,  quel solution de paiement (caisse et logiciel) utilises-tu? Et où t’es tu fournis pour le matos de ton restaurant?

Je ne suis pas trop top au niveau informatique, c’est un peu mon point faible, donc je vais prendre un caisse enregistreuse classique. Je vais commencer comme ça pour prendre mes marques. Après j’accepte les tickets restaurants, les chèques vacances (j’ai fait les démarches pour).

Pour les cartes bleues, je verrais en fonction de la demande. Après, il y a une banque juste en face du bus avec un distributeur. Si après j’ai vraiment une demande, j’investirais dans un lecteur de carte. mais bon, ça coute super cher.

Note:

Voici un article complet sur 2 solutions de caisses enregistreuses que je vous conseille:

Cliquez ici pour en savoir plus.

A l’heure où nous faisons cette interview, tu es sur le point d’ouvrir ton restaurant, comment compte communiquer pour l’ouverture?

Et bien j’ai fait un peu de pub autour de mon emplacement, j’ai mis des affiches. Et puis aussi sur Facebook. Avec un collègue, on va essayée de faire une vidéo sympa, un genre de trailer pour présenter le bus. Un clip vidéo pour que ça fasse un peu le buzz.

J’ai vu que tu avais une page Facebook, mais as tu un site internet? Penses-tu en créer un et comment penses-tu t’y prendre?

Je n’ai pas encore fait, je n’ai pas eu le temps. C’est un peu mon point faible l’informatique, mais je vais le faire dans  pas longtemps. J’attends d’avoir plus de photos, du contenu car ça demande des mises jours régulières et du temps.

Bon, l’ouverture d’un restaurant est loin d’être une partie de plaisir, tu as surement des anecdotes à nous raconter?

Le bus qui ne démarrait pas. J’ai galéré pendant 2 3 mois à trouver la panne, les batteries de rechargeaient plus. En fait, c’est l’ancien propriétaire qui avait mis un coup de disqueuse sur l’alternateur. J’ai donc du le changer, s’en compter que j’avais pas les schémas du fait que c’était un vieux bus. Sans compté qu’on c’est fait voler les batteries… enfin bref.

Pour savoir, entre l’idée de départ et l’ouverture qui arrive, ton projet t’a pris combien de temps?

Alors, j’ai ramené le bus de Bordeaux en janvier 2014, et là on ouvre fin septembre 2014. Environ 9 mois.

Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui hésite ou qui vient juste de se lancer et qui aimerait l’ouvrir son food truck?

De bien faire l’étude de marché et le budget prévisionnel; sa clientèle pour être vraiment sur que le projet est viable. Bien se renseigner avant aussi, pour ne pas avoir de surprises, comme une formation à passer.

Un exemple, je me suis immatriculé trop tôt, et je dois payer le RSI tous les 3 mois alors que mon resto n’est pas encore ouvert. Et mine de rien, c’est du 300 à 400 euros…

En gros, bien faire les choses au niveau paperasse aussi, bien prévoir les choses et puis se lancer….

Merci Vivien d’avoir répondu à mes questions. Avant de nous quitter, peux-tu nous dire où es-tu situé, question qu’on aille casser la croute chez toi? En plus, comme tu le sais, je suis un fan de la Thaïlande.

Vous êtes bien entendu les bienvenus au Bus Thaï, on vous accueillera avec toute notre énergie et notre savoir faire. On se situe à Vitrolles (13), à côté de Carrefour, juste en face de Norauto, au niveau du rond point.